Logo de l'excursion

#25 Une crise existentielle | Bri Emery

25 juin 2021

Partager cette information :

Bri recently went through our ketamine-assisted therapies in Santa Monica. She joins Ronan to discuss how she used those experiences to handle the Covid lockdowns, how they applied to her various businesses, the perils of social media, our addiction to work, and why “Fantastic Fungi” is her favorite movie.


COLLAPSE

[00:00:00] Bri: I would say that the biggest shift was before I felt a lot more worry on the back, like behind the scenes. Maybe people close to me could, could notice that or know that I’m constantly scanning for danger, sort of thinking ahead, ever, always thinking ahead, always, you know, scanning and that takes a real toll on your body. 

Ronan: [00:00:29] Today is an exciting day for us at Field Tripping. We’re excited to announce that Field Tripping has partnered with Kast Media to make our podcast bigger and better than ever. We created Field Tripping to explore how psychedelics can help us break on through to the other side and shift her views on sex, science, business, fitness, life, and death.

Now that we’re working with Kast, which is one of the biggest and best podcast networks and publishers in podcasting, we’re able to expand our global reach and continue growing this [00:01:00] welcoming space that we’ve created together. Field Tripping will continue our mission to create a forum for open and honest dialogue, and we’ll try out some new types of content too. Our goal is to showcase the amazing community that we’re a part of and help change the world, one episode at a time. Plus we’re eager for listeners to have more opportunities to connect with us. So send us an email to [email protected] or leave us a voicemail on speakpipe.com/fieldtripping We would be thrilled to hear from you and continue this epic trip together

Just before we hop into today’s episode, I’d like to remind everyone listening that if you’re suffering with depression or anxiety, and let’s be honest, everybody on the planet should have felt at least a little bit of this recently, or, you know someone who has been, and needs some help, [00:02:00] please look into what we’re offering.

at Field Trip We are seeing truly life-changing results for people. And we’d love to support you as well. Whether that’s coming in for one of our ketamine-assisted therapy sessions, or just using our app trip to get your head in the right space, please get in touch.

One of the new segments we’re starting as we launch with Kast is a section that I’m calling news to trip over recent events and developments in an emerging psychedelic space. And this past week was a doozy. The biggest news coming out this week was that the California State Senate approved a bill to legalize possession of psychedelics like psilocybin and LSD.

If enacted into law, the bill would remove criminal penalties for possessing or sharing numerous psychedelics, including psilocybin, DMT, ibogaine, LSD, and MDMA for adults 21 and older. [00:03:00] And it would also start the process for creating a legal access program. The bill sponsor, Scott Wiener said, if there’s anything we’ve learned from the past half century, it’s that throwing people in jail for using drugs doesn’t stop drug use. While he’s right, it is still a sad commentary on politics that we feel the need to laud politicians for saying things that are basically common sense. Surprisingly in Texas, the state government has also introduced a bill that would expand the state’s medical marijuana program and require a study into the therapeutic potential of certain psychedelics for military veterans.

This is certainly not something I would have expected to come out of the state of Texas, but that’s the beauty of life it can always surprise you. And just so we don’t think those freedom-loving Texans are having all the fun a bill has been introduced in the state of Maine that would legalize psilocybin therapy, even for people with no psychiatric diagnosis. They’re looking to Oregon, the state where an almost identical measure was passed last November for guidance. 

In [00:04:00] other news, Rick Doblin told Joe Rogan, but he’s invited Dr. Carl Hart to join the board of directors of maps. Dr. Hart is outspoken about misperceptions and misinformation regarding illegal psychoactive drugs and the impact that has on drug laws. I’d love to have Dr. Hart on this podcast. So if any listeners know how to get in touch with him please let us know. 

Finally, a new documentary featuring former Laker Lamar Odom was released in which Odom talks about his use of psychedelics to treat his addiction and bounce back from anxiety. Odom went to the ketamine clinics of Los Angeles, which is great, but we’d love to show him what the power of our integrated ketamine-assisted therapy programs can offer. So again, if anyone knows how to reach Lamar, please make the connect.

I’m so excited to share that we have a special guest with us today. Bri Emery is an art director in Los Angeles and the founder of the lifestyle [00:05:00] blog, designlovefest. She has designed products for companies such as Target and Keds ranging from fashion to interior design.

Her new project, presently, is a website which features mindfulness cooking videos, which provide a calm meditative place for home cooks to get inspired and slow down from their busy lives and very meaningfully for this conversation. Bri recently went through our ketamine assisted therapies in New York city.

Bri, thank you for joining us today and welcome to Field Tripping. 

Bri: [00:05:32] Thank you so much for having me. I’m excited. 

Ronan: [00:05:35] First of all, I have to appreciate that we’re both wearing yellow today. So first question I have for you as a design person is what is your favorite color and why? 

Bri: [00:05:45] Ooh. Uh, I genuinely do not have a favorite color

I would say that. I am drawn to pink in photography, but I am not drawn to it in wardrobe. I do lean more yellow. 

[00:06:00] Ronan: [00:06:00] Oh interesting. Very cool. Uh, I just happened to pick out, yeah. I used to wear a lot of pink actually for a long time. I tried to rock a lot of pink and then slowly it fell out of favor for me. And I couldn’t explain why maybe it’s, uh, it does come in phases Yeah, you have to be in the right mindset. And I guess more recently I’ve been more of a pastelly, uh, although this is far from pastel, but, uh, cool. Anyway, thank you for letting us know. So, uh, I have a whole lot of things I’d love to speak with you today, but my first question, my first two questions for you are A, how are you today? 

And two, because I’m not very good at small talk pleasantries, let’s get into something more meaty, uh, to set the right tone. So in addition to answering, how are you today, second question. is what is one thing you failed at in the past week and what have you learned from it?

Bri: [00:06:56] I am doing pretty good today. I would say the sun is [00:07:00] shining and you know, I’m a little nervous. I’ve actually only done one other podcast, so I’m a newbie to this. Um, so I just, you know, I’m feeling like I really just hope I can get the message across of my experience. Um, so nervous and excited. And as far as what I’ve failed this week,

I think I have…yesterday, I got a little bit in a loop of overthinking that I couldn’t really escape. Um, so maybe, I don’t know. I wouldn’t consider that a failure. Just sort of like a failure to not take control and meditate or do something that would kind of get me out of that headspace. 

Ronan: [00:07:44] Yeah, I hear you.

And I, it’s totally not a failure, um, at all, but I understand how it can feel like one I certainly, it’s a slightly different circumstance, but I totally feel the same way, which is this morning I woke up, and even though, [00:08:00] um, you know, kids can be frustrating and annoying and hyper and not respectful of your space or your sleep, trying to always remain and be compassionate to them.

Cause they just don’t know if kids are five and two, it’s not, it’s hard sometimes to not lose your patience and get short and cranky with them. And I hate when I catch myself doing it. Um, but it does happen. And so I see it, not that I’m a failure by any stretch of the imagination, but I failed in what I thought I should have a commitment to.

And so I totally hear what you’re saying. Uh, and secondly, I really want to make it, uh, known that there’s nothing you have to do on this podcast. There’s no message to get across. Uh, for me, um, I think the most important thing is just be yourself and be true, uh, because at the end of the day, when I think about.

What we’re doing with psychedelics and Field Trip, it’s really all about enabling people to be their theirselves, themselves, their true selves, not, not bounded by shame or [00:09:00] expectations or anything else. It’s really just about being honest with who you are. And I think when we all get back to that place and it’s a journey and I’m certainly not there yet myself, but as we start to get back to that place, we’re going to find a lot more happiness and peace in this world.

And so no expectations or pressures from me, even though I may throw some hard questions, 

Bri: [00:09:20] Well you’re speaking my language and I feel calmer already, so… 

Ronan: [00:09:26] Excellent. Alright. So one thing, uh, I’d love to know is, uh, more about you to be quite honest, like so many people who live through social media, at least that’s our interface with you.

And truthfully, it’s one of my big kind of beefs with social media is that it’s so easy to get to know one side of a person. Uh, and it’s easy to get to know one side of you, Bree looking at your Instagram and social media posts, but I’d love to get a fuller picture of who you are. So can you tell us a little bit about your story and anything from, you know, like day [00:10:00] one of your life onwards is totally legit, but I’d love to hear everything that led up to the Bri that I’m getting to speak with now.

Bri: [00:10:07] Okay. Um, I grew up in Chicago and moved a couple of places and ended up in California when I was 19 and went to design school for graphic design and have always, you know, even as a teen, just remember loving journaling and collaging, like I would carry around, I should’ve brought it, but at this giant book of just like tons of collages and I was always a little bit emo and, you know, big feeler and always sort of like looking at things from that lens.

Um, so I always kind of knew that I wanted to do something in the arts and that I wanted to express myself. So doing a blog was really just a transformation of the journal. It came like super easy. I was like, okay, I’ll just go from writing it here to writing it [00:11:00] online. You know, I had a Zenga journal as a team that I would put my

poems on and, you know, express all my angst on, it all just sort of transferred over to this sort of visual mood board of the inside of my brain with designlovefest. And that, that just sort of grew over time and took many, many twists and turns. I ended up teaching Photoshop for four years, kind of teaching people how to create their own blog and their own space to express themselves.

And then sort of got more into working with brands and, you know, and Instagram sort of doing jobs that way. Then started doing more products and entertaining. And then in the past few years more cooking and lifestyle stuff. So it’s really been a wild ride of just kind of, I’ve always been the kind of person who just wants to try everything and switch it up and not stay too stuck in, stuck in my ways.

So it’s been a really beautiful kind of [00:12:00] evolution of designlovefest, and where we are today, which is a total, probably existential crisis. 

Ronan: [00:12:08] All right. Uh, uh, it’s, it’s hard to ignore that. So why, why are you in an existential crisis right now for designlovefest?

Bri: [00:12:17] I think about two years ago, even before COVID maybe a little bit longer.

Um, I think the, that my own healing journey started to strike and was not something that I could really ignore. And I started really realizing that I was escaping in work, you know, it was just constantly doing different projects, different things, working constantly that, you know, that hustle culture and something was really, really screaming at me to slow down.

So I started sort of unwinding the amount of work that I was doing, which felt very scary, very overwhelming to sort of like peel myself away from something that was so [00:13:00] comfortable for me. Um, but something was just sort of, you know, kept telling me to pull back and align more with my soul and like maybe like reevaluate the kinds of things that I was doing and what are my values and how can I sort of pivot into something that feels, you know, more me.

And I first had to find out who that was. And I think that the spiritual sort of healing journey really showed me a lot of that. And so I feel like in the past few years, and then COVID, I’ve just been in this process of sort of unlearning unwinding and sort of rebuilding from a new, more secure, more myself place.

So I’m still in the middle of that, but it’s been, it’s been really cool and I’ve never been really that afraid to share the process online. So even though I share a lot less, I think stories is a little place that I can kind of let people in on all that [00:14:00] weird and weird and wonderful phase. 

Ronan: [00:14:03] What do you mean by you share a lot less?

Bri: [00:14:06] Um, I just find it less, social media to be less, you know, enticing overall. Um, maybe this feeling of that I used to have every time I felt something magical, every time I saw something that could be a resource. You know, it’s almost a little codependent or like just overboard to be like, I need to share this,

I need to share that and we’d get so, you know, accustomed to doing that. And so now I just am like, tell myself, you know, you could just experience that on your own now and you don’t, you don’t really have to share it in the moment, you could share it later. So I think I’ve, I’ve found a much better balance.

Ronan: [00:14:48] There’s so much I love about what you just said. A couple of thoughts that came up as you were talking about one was, um, throwing yourself into work. Uh, and we, we talk about addiction in [00:15:00] society like alcohol use or heroin addiction, or other kinds of addictions. But I am going to argue that the biggest addiction we have in society is an addiction to avoiding our problems.

Bri: [00:15:13] Right

Ronan: [00:15:13] And the easiest way to avoid our problems is go to work because we’re a society. Rightly or wrongly, there’s really no judgment in this, that’s that’s creates value around productivity. You know, I guess maybe that’s, everyone’s big concern about, you know, we’re such a commercial society because we value productivity so much.

And so it’s so easy to forget your problems or try to forget your problems- they never actually leave you, uh, and throw yourself into work because it feels like you’re doing something good and it’s not destructive. It feels productive. And we saw it recently, even as Field Trip, um, we had a big internal meeting and one of the themes that came out across so many people in this conversation was how, um, and many people didn’t necessarily identify it or speak to [00:16:00] it overtly, but how they were using a work to avoid a lot of their issues.

And because all of the work we’re doing is so exciting and everyone’s so passionate about it, it was so easy to lean into it, but then as work actually become work, which it inevitably does, all of those problems come sliding over the back and they’re still there for you to deal with. And so it’s really, really cool that you had that kind of awareness about yourself.

Et j'aimerais beaucoup approfondir cette question. Mais avant d'oublier, parce que mon cerveau est comme du gruyère ces jours-ci, l'autre chose que je voulais aborder était, euh, votre commentaire sur le fait de ne pas avoir à partager quoi que ce soit. Je me souviens avoir vécu une expérience similaire il y a quelque temps. Euh, euh, quand. Je me suis rendu compte que je regardais les gens prendre des photos de concerts ou d'événements, tout en regardant les concerts ou les événements et, vous savez, et écoutez, j'en ai été la proie aussi.

Il y a quelque chose de vraiment magique que nous essayons de capturer, comme si nous essayions de capturer ce souvenir et de le garder sans vraiment [00:17:00] en faire l'expérience. Et, euh, à quel point c'est autodestructeur, c'est comme, pourquoi ne pouvez-vous pas simplement être présent pour profiter du moment ? Pourquoi ressentons-nous le besoin de le capturer ? C'est peut-être quelque chose d'inné chez l'homme.

Je ne sais pas. Mais il est vraiment intéressant de constater que nous ressentons toujours le besoin de capturer quelque chose d'une manière ou d'une autre.

Bri : [00:17:16] Pour montrer aux gens ce que nous faisons, pour montrer aux gens que nous faisons quelque chose. Je reviens à ce thème de ne pas se sentir digne, à moins de faire quelque chose ou, vous savez, de partager quelque chose.

Je pense donc que, oui, nous sommes tous en train de comprendre. 

Ronan : [00:17:31] Ouais, faire quelque chose de significatif et de beau, c'est ça ? Et c'est aussi l'une de mes difficultés avec les médias sociaux : les gens qui sont devenus vraiment bons dans les médias sociaux font un très bon travail de peinture, un monde beau, élégant, magique, parfaitement conçu, hum, et si c'est votre vie réelle, c'est génial.

Mais, euh, je pense que nous avons tous fini par accepter que beaucoup d'entre eux sont architecturés, euh, et qu'ils ne reflètent pas la réalité et [00:18:00] je reviens à tous ces récits que j'ai entendus au lycée et tout ce genre de choses sur la façon dont les magazines, en particulier les magazines féminins, ont créé ces attentes irréelles de ce qu'une femme devrait être.

Et les médias sociaux ont malheureusement, à bien des égards, pris le relais. 

Bri : [00:18:18] Et c'est pourquoi je pense que c'est amusant de défier l'idée et de partager sur des sujets inconfortables. Par exemple, je veux dire que je parle de ma colère, vous savez, c'est quelque chose dont les gens ne parlent pas vraiment, vous savez ?

Je travaille sur ma colère, je travaille sur mon anxiété ou je travaille sur la guérison de mon syndrome de stress post-traumatique. Je me demande ce qui va mettre quelqu'un mal à l'aise, parce que ce n'est pas une photo de restaurant qui va faire en sorte qu'une autre personne se sente très, très à l'aise et qu'elle se sente très concernée. Et c'est vraiment ce qui m'intéresse.

Ronan : [00:18:53] C'est vraiment cool. Je pense que c'est un parcours étonnant. Quel, quel, hum, y a-t-il eu un moment particulier qui a en quelque sorte [00:19:00] déclenché cette auto-réflexion au cours des deux dernières années ? 

Bri : [00:19:04] Vous savez, je suis allée au Nouveau Mexique et il y avait quelque chose dans l'air là-bas. J'ai eu l'impression d'être brisée. Je ne comprends pas, comme je l'ai fait, c'est beaucoup, beaucoup de choses, mais je dirais que

Le Nouveau-Mexique a eu un effet profond sur moi à la suite de certaines expériences que j'y ai vécues. La psilocybine a provoqué un énorme changement dans ma conscience de la peur et de tout ce à quoi je m'accrochais. La thérapie EMDR a été massive. Vous savez, je veux dire, il y a tellement d'éléments différents qui aident. Il n'y a pas une seule chose qui a vraiment secoué, mais ça a commencé à secouer beaucoup plus fort

une fois que ces choses étaient plus conscientes, parce qu'on ne peut pas les ignorer une fois qu'elles sont là. 

Ronan : [00:19:55] Aviez-vous, euh, essayé des modalités comme la psilocybine ou l'EMDR [00:20:00] avant, euh, ce voyage au Nouveau Mexique, ou était-ce le point de départ pour, pour ces exercices ? 

Bri : [00:20:06] Je n'avais pas fait d'EMDR. J'avais pris de la psilocybine une fois.

C'était très peu. Ce n'était vraiment, vraiment pas quelque chose à appeler à la maison, mais, vous savez, après cela, c'était comme, c'était un énorme changement. Donc non, je n'avais pas beaucoup d'expérience dans le domaine du lien entre le corps et l'esprit. Je ne comprenais pas vraiment tout cela, vous savez, c'est à ce moment-là que j'ai commencé à lire The body keeps score et à comprendre notre système nerveux et la façon dont notre corps contient tout.

Et oui, dès que vous commencez à le comprendre, il commence à vous mener sur le chemin et dans toutes sortes de voies bizarres et venteuses.

Ronan : [00:20:50] Bien sûr. Euh, et si ce n'est pas approprié pour moi de demander, j'ai l'impression qu'il me le dit, alors ne vous sentez pas obligé de répondre parce que c'est tout à fait normal de respecter votre vie privée [00:21:00] et vos limites à ce sujet.

Mais on dirait qu'il y a eu un certain nombre de choses qui se sont produites au Nouveau Mexique en plus de la psilocybine. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ou si vous ne le souhaitez pas, ce n'est pas grave.

Non, je veux dire, 

Bri : [00:21:11] une fois, je suis entrée dans ce magasin des tribus Zuni et j'ai regardé toutes ces sculptures et tous ces petits fétiches des tribus et j'ai été vraiment émue par eux.

Puis j'ai passé la nuit dans cette caravane, seule, sous les étoiles, à Taos. J'ai ressenti un lien incroyable avec la terre et les étoiles. J'ai vécu une expérience presque psychédélique, j'étais complètement sobre dans la nature et je n'avais jamais pris le temps de ralentir comme ça, d'être seul, au milieu de nulle part. C'est là que j'ai eu un déclic. 

Ronan : [00:22:00] Non, c'est super cool. Le Nouveau-Mexique est un endroit spécial, c'est sûr. J'ai eu l'occasion d'y passer un peu de temps pour l'une des entreprises sur lesquelles je travaillais et il y a quelque chose de magique dans cette terre. En grandissant, je n'ai jamais été une personne spirituelle ou émotionnelle. J'étais toujours dans mon cerveau, dans ma tête.

Nous pouvons penser à tout. Et cela a certainement été une évolution pour moi, euh, de m'ouvrir à ces choses plus larges de la vie et de l'univers. Euh, jusqu'à ce moment-là, vous vous considériez comme une personne spirituelle ou comme un rationaliste bien ancré dans la réalité ? 

Bri : [00:22:40] En fait, j'ai grandi dans un milieu évangélique et ce n'était pas quelque chose avec lequel je m'étais vraiment sentie à l'aise. 

Euh, vous savez, je suis allé dans un lycée chrétien. J'ai grandi en allant à l'église le dimanche et le mercredi et c'était juste [00:23:00] quelque chose que, je me souviens m'être sentie connectée à quelque chose pendant les parties musicales. Je me souviens d'avoir ressenti des picotements à l'intérieur, comme si quelque chose se passait ici, mais je ne sais pas quoi, et je me souviens d'avoir vraiment ressenti beaucoup de peur : est-ce que je vais aller en enfer ?

Ai-je bien fait les choses ? J'étais terrifiée par tout ce concept. Et je pense qu'une fois à l'université, j'ai complètement écarté toute idée de religion. Et cela signifiait toutes les idées autour de la spiritualité parce que j'avais encore très peur. Je pense qu'une fois au Nouveau-Mexique, j'ai eu une conversation avec quelqu'un qui parlait d'une expérience très similaire à la mienne et qui m'a ouvert les yeux, vous savez, elle parlait d'une retraite de yoga et d'une expérience où toute sa honte et sa peur s'étaient envolées.

Et je me souviens d'avoir été... Attendez, je pense que j'ai encore beaucoup [00:24:00] de cela en moi. Et puis j'ai commencé à lire Eckhart Tolle et tout d'un coup, tout s'est mis en place. Je me souviens d'avoir ressenti que cette relation que j'entretiens avec la créativité est la même que celle que j'entretiens avec la spiritualité. C'est la même chose ou la même nature,

comme si c'était, c'est tout, tout ça. Donc, vous savez, tout a commencé à s'élargir pour moi une fois que j'ai pu approcher la peur qui vivait en moi autour de la religion organisée. 

Ronan : [00:24:30] C'est, c'est super puissant. Et merci d'avoir dit ça. Je veux dire, je suis très, très, très, c'est intéressant. Je suis très critique à l'égard de la religion organisée parce que ce que vous venez de dire illustre parfaitement

Je pense que mon plus gros problème avec ça, c'est que c'est un mysticisme institutionnalisé qui cherche à contrôler, n'est-ce pas ? En fin de compte, votre peur d'aller en enfer n'était pas motivée par le fait de vous inspirer un lien spirituel avec Dieu, il s'agissait d'obtenir une conformité pour ne pas faire des choses que, euh, l'église a ordonné comme n'étant pas socialement acceptables.

Et, et il y a, il y a tellement de problèmes avec ça. Mais ce qui est intéressant pour moi, maintenant que j'ai des enfants, c'est que j'ai grandi en étant juive, vous savez, aussi juive qu'il est possible de l'imaginer. Hum, cela n'a pas vraiment résonné en moi. Je me souviens d'être allée à la synagogue deux fois par an, et j'ai toujours apprécié les sermons du rabbin parce qu'il était vraiment doué pour prononcer des sermons passionnés, émotionnels et réfléchis, mais d'autres, et je n'en ai rien retiré.

J'y voyais plutôt un exercice intellectuel. Hum, et donc le judaïsme a toujours été relégué au second plan et a perdu de son importance. Non pas qu'il ait jamais été important pour ma famille. Mais maintenant que j'ai des enfants, d'une certaine manière, je suis juive. Et je pense qu'il s'agit plus de la culture et de l'identité que de la religion. Hum, certainement pas la religion.

Euh, je, mes préoccupations à propos de la religion car elle est essentiellement basée sur la répétition du fait que Dieu est grand et que nous sommes faillibles et terribles, et que Dieu est grand, que [00:26:00] nous sommes faillibles et terribles, mais devenir juif est devenu de plus en plus important pour moi avec le temps, ce qui est une, une évolution vraiment intéressante pour moi personnellement, mais, euh, super puissant et intéressant d'entendre votre expérience.

Je pense qu'il est important que les gens réalisent qu'il y a une énorme différence entre être religieux et être spirituel, car la religion peut vous éloigner de qui vous êtes. Elle peut vous aider à vous connecter à qui vous êtes, c'est certain, mais pour un penny, et il semble que ce soit vous, ce n'était pas le cas. 

Bri : [00:26:29] Oui, et

C'est intéressant parce que je n'ai pas, vous savez, pas vraiment parlé de ce sujet à haute voix, parce que c'est surtout dans ma tête, mais, et je suis encore, vous savez, en train de comprendre où se situent toutes mes croyances, mais, vous savez, je pense que je suis juste plus dans ce lieu de compréhension du concept de Jésus et de Bouddha.

Et c'est la même chose. C'est tout le monde, tout le monde, je suis très à cheval sur Joseph Campbell et sur le fait que nous sommes tous, vous savez, Dieu à l'intérieur. Et que c'est [00:27:00] une seule et même chose. Et vous savez, c'est là où j'en suis en ce moment. C'est une sorte d'évolution constante et de changement, mais c'est en quelque sorte là que j'ai atterri ces dernières années.

Ronan : [00:27:09] Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi sur ce point. J'adore revenir à l'exercice - les gens aiment le faire probablement intellectuellement - mais si vous vous arrêtez vraiment et que vous pensez au fait que nous sommes tous littéralement constitués de poussière d'étoiles et que nous avons juste un peu d'électricité qui lit en nous, comment pouvez-vous arriver à la conclusion, même sur une base logique, que nous ne sommes pas tous profondément et intimement connectés, cela n'a tout simplement aucun sens pour moi.

Je suis tout à fait d'accord avec vous sur ce point. Vous avez récemment suivi notre programme de thérapie assistée par la kétamine à New York, et j'ai une tonne de questions à ce sujet. Vous avez déjà répondu à ma première question, à savoir que vous aviez essayé les psychédéliques avant de suivre notre programme de thérapie, mais il semblerait que vous n'ayez essayé qu'une ou deux fois, n'est-ce pas ?

Bri : [00:28:02] Euh, en fait, j'ai plus d'expérience avec le microdosage et j'ai probablement pris des psychédéliques moins de 10 fois, mais je n'ai jamais pris de kétamine. En fait, j'ai pris la kétamine à Los Angeles, pas à New York. 

Ronan : [00:28:18] Oh, désolé. Une faute de frappe ici. 

Bri : [00:28:21] Je devais le faire à New York, mais j'ai fini par le faire à Los Angeles et oui. Je n'avais jamais essayé la kétamine avant cette expérience.

Ronan : [00:28:29] D'accord. J'aurais aimé vous poser cette question à l'avance, mais je vais voir si nous pouvons avoir un aperçu de la situation. Comment vous seriez-vous défini avant de commencer le programme et comment vous voyez-vous après l'avoir suivi ? 

Bri : [00:28:48] Je dirais que le plus grand changement a eu lieu avant.

J'ai ressenti beaucoup plus d'inquiétude dans le dos, comme [00:29:00] dans les coulisses, peut-être que mes proches pourraient le remarquer ou savoir que je suis constamment à l'affût du danger, à penser à l'avance, toujours, toujours à penser à l'avance, toujours à l'affût. Et c'est un véritable fardeau pour votre corps. Et lorsque vous ne vivez pas dans l'instant présent et que vous vivez dans le futur pour vous sentir en sécurité en permanence.

Et quand on a vécu un traumatisme, c'est quelque chose qu'on essaie de contrôler tout le temps, c'est de se sentir comme, vous savez, ce qui va se passer, vous êtes, vous êtes en contrôle et, et vous êtes en sécurité. Je dirais qu'après l'avoir fait, je me suis beaucoup moins inquiétée et je me suis beaucoup plus connectée à mon intuition, qui me donne une image beaucoup plus claire de la situation.

du moment. Il ne s'agit pas de vivre dans mon ego, qui est [00:30:00] un balayage constant, mais plutôt de vivre dans mon âme ou dans mon intuition en me disant : " D'accord, je reconnais que tu te sens comme ça, mais si on voyait les choses comme ça ". Je reconnais que tu te sens comme ça, mais si on voyait les choses comme ça ?" Ainsi, j'ai mis beaucoup plus d'espace autour de toutes mes réactions, ce qui affecte tous les domaines de votre vie.

Ronan : [00:30:19] Comment vous y êtes-vous pris ? Euh, tu sais, est-ce qu'il y a eu des moments tout au long du voyage où il y a eu un déclic, puis un autre déclic, puis un autre déclic et, tu sais, une fois que tu as aligné tout ça, tu peux arriver à cet endroit où tu n'as plus besoin d'être autant dans le contrôle.

You know, I’ve, I like to say that the biggest mistake we have in life is the belief or, the biggest mistake we have in life is the belief that we are in control. And the biggest fallacy is the belief that we would want to be in control, even if we had it. Um, [00:31:00] and so I’d love to know what was there anything, and maybe it was just all the ineffable and there was just a feeling, but if there’s anything, a little bit more tangible and concrete during your experience that helped you see this, I’d love to hear about that.

Bri: [00:31:13] There were definitely a lot of metaphors and abstract visions that I saw that, let’s see if I can try to explain, but it would be like, what, like I felt like it was sort of like riding on a drone. The experience was like, so zoomed, it would zoom all the way out. And then zoom so far in, it was basically in the cells of my own body.

So it was zooming out and zooming in at the slowest pace possible. So nothing ever felt overwhelming, but it widened my perspective so that when I am getting overwhelmed or I am feeling triggered, I can remember to even look wider, you know, like, uh, take this like somatic approach of like, [00:32:00] how can I calm down my body and widened my perspective here because I’m, I’m experiencing tunnel vision right now

and it’s causing my body to react a certain way. So it was not only showing me visuals that sort of exemplified that, but it would also show my body such peace and such ease that it was almost whispering to me like, “you could feel like this all the time.” You know? “You could come back to this place behind your eyes,” like, cause it’s very similar to like a very deep meditation.

So it really was letting me know, like you can always come back here, like at any point. And it was showing me that in the most fantastic visual way, but it’s hard, very hard to explain, but that’s the feeling that I, I kept receiving over and over. I also experienced during my fourth session, I went a little bit [00:33:00] deeper and I decided to lay down and this was, I was able to move around and do more release in my body.

And so when I was coming back, like out off of the medicine, my legs started like involuntarily shaking a lot, okay? And I could hear, in my mind it was kind of saying like, this is good, you’re unwinding. And it kind of was showing me this spiral motion of like, just unwind it. Like let it all out. All this tension that’s been built up that we don’t even really know how to access that we can access through our subconscious.

It was like releasing like a primal release of stress. Cause you know, they say like animals, like after they’re going to be attacked, they like, their whole body will shake and then they’re not stressed anymore. Like they removed it. So it was almost like it was removing it from a body perspective, but it was also helping me with like the mental idea around it.

So, you know, simple things like that. 

[00:34:00] Ronan: [00:34:02] I love the mention of the animals. Like I love watching my dog and he shakes it off. Fuck. I want to make life that easy. Right? 

Bri: [00:34:12] Yeah. That’s what’s crazy.

Ronan: [00:34:15] The other thing you said, um, and like it’s all perfectly complex and it’s all perfectly, uh, relevant to you, but I’ve always found it’s useful for other people to hear this because maybe even if 2% of what you said resonates with someone who was, you know, exploring it or struggling with something and be like, “oh yeah, Bri said

that, that totally resonated with me.” You know, everything else you may say may help them on their journey as well. So even though it is perfect experience for you, um, I can help other people. So I think it’s really important to talk about this stuff as, as inaffable and complex, as, as it could be. Um, Uh, the other thing you said that I thought was super [00:35:00] interesting was the concept of like having space for this, right?

It really gives new meaning for like making space. It’s just like, if you can separate yourself from your default mode, for lack of a better term, for just a little bit, you can realize just how wound up you are in that process. And just like a little bit of space and all of a sudden like, oh, there’s a lot more here.

There’s a lot, a lot more comfort or whatever it is you need. But I thought that was an amazing articulation of your experience. One question I personally have, cause I’ve never actually been able to go through our own treatment programs, um, in part because of COVID and part of, because of, um, you know, medical indications and all that kind of stuff, but

integration is such a big focus in the psychedelic community and a lot of people talk about the psychedelic experience because there’s so much spiritual, enlightenment, whatever [00:36:00] you want to call it. Oh, I see what’s happening. I see these processes, you know, I feel this connection. Um, but talking about the actual integration, part of the exercise where everyone talks, talks about the real power being, uh, often gets less left out of the conversation.

So I’d love to hear, um, what your experience with the integration sessions was like. 

Bri: [00:36:23] Well, the integration sessions with a therapist were great. I found them extremely helpful because all of these things can be sort of other worldly in how you’re experiencing them. Very cool to just have someone listen to you and be able to just process it that way.

Um, I’ve found that integration was really important outside of even the sessions with the therapist, like journaling was huge. I started, you know, if you tune into your [00:37:00] intuition, it will tell you how your body wants to move or how you want to integrate, integrate this experience. Whether that be a long walk or literally just, I started dancing around for five minutes, just like moving my body, however it wanted to move or stretching at night or holding the dog or hugging my husband a little longer.

Like just all of these different ways and things that I learned to integrate love and connection into my life and meditation huge, you know, that I would listen to the music that I heard in the ketamine and I do this app called Luminate and it’s um, have you heard of it? 

Ronan: [00:37:43] That’s cool. Yeah. Flashes lights-

Bri: [00:37:44] It’s so cool, you can kind of bring back the whole experience of, you know, having a psychedelic experience

and so I would try to just go back there to that place and try to remember as much as I could, maybe not necessarily [00:38:00] exactly the visual, but the feeling of ease, the feeling of floating in the stars on a clear love spaceship, you know, like I would just try to write this stuff down as much as I could so that I could bring it back up,

um, because I would say. I didn’t experience really anything scary during the ketamine, but I did experience a lot of discomfort outside, like the following days. I feel like it sort of unlocks memories or emotions that then you are kind of having to confront in your day-to-day life. So the integration I thought was so important.

Ronan: [00:38:38] If I may ask, and again, this may be too personal, so feel free to say no, but what were the even conversations with your therapist, like in the integration sessions?

Like, I really actually have no idea what the sort of subject matters are. I can speak intellectually to the fact that our protocols suggest a behavioral activation and motivational interviewing, but I really don’t know what [00:39:00] that means. So if you can offer some insight, wonderful. If not, that’s totally okay too.

Bri: [00:39:04] Yeah. I mean, my therapist was so kind and calm and open-minded that she had so much knowledge about like bodywork and this somatic thinking that I was really able to talk to her and she was able to give me ideas. She was like, have you ever tried this kind of dance or have you journaled today or you, this was really helpful when you did this last week, you know, just sort of reminders about what would be helpful and also just someone to

hold you in a place where, I remember in the middle, I was pretty frustrated that I felt like I was actually moving backwards. I felt like I was more anxious and more depressed, but that is because I really think that a lot was ruffled up during the experience in my subconscious. And it felt like I was being [00:40:00] challenged like a lot.

So I was really frustrated with that. And she was like, that’s very normal. You’re in the middle. You know, she really assured me that I’m not going backwards, that this is just all part of the process and how it’s unfolding. And yeah, just someone who had had that experience was really helpful. 

Ronan: [00:40:20] First of all the somatic aspect of it. 

I remember during one of my psilocybin experiences, you were talking about moving your legs and spinning it. I remember, um, physically sitting up and, and, and doing a wretched motion and all of my stomach muscles would clench, like I was going to throw up. I wasn’t throwing up, but I distinctly got the feeling that, I don’t know if it was the psychedelic doing it or just opening up my subconscious to let it flow, but felt like I was processing all the emotions that I was holding onto for such a long time.

Because, one of the things I’m very guilty of is, you know, not expressing and processing my emotions and just holding on to them and clamming up [00:41:00] on the inside until they explode. Um, and, uh, and so you’re talking about the somatic aspect of it totally resonates with me. Um, One of the things that, uh, I do a lot of work with a gentleman named Erwin Perlman, a very spiritual kind of stuff he’s based in LA,

so if you ever want to try some new, very deep spiritual kind of stuff, I’m happy to make an introduction. But, um, one of the things he talks about is that time isn’t really linear that our lives aren’t really linear, uh, and that, you know, every time there’s a healing, even if you’re kind of like on this path, it doesn’t mean that you’re going left or right.

It can take you up here. I can kind of take you over here. I can take you down here. I can take you over there. Um, and, uh, two things, another thought just came back to me from one of the things that you said before. Uh, the first point was, um, You know, uh, people have said to me and I see it come up over and over again, is that every time you heal, every time you have a breakthrough, the universe is always there to kind of [00:42:00] test you, not in a negative way, but it’s always going to give you like, uh, “have you really made the breakthrough here?”

So when you’re talking about your anxiety feeling worse, that totally felt like the universe being like, “all right let’s, let’s test you.” 

Bri: [00:42:12] It’s been the year of tests for sure. 

Ronan: [00:42:18] Yeah. Uh, I would love to hear more about that actually. What else has been, what else has felt like a test for you? 

Bri: [00:42:24] No, I mean, I think, you know, the over COVID, I was actually able to access some of my early trauma memories that came back to me randomly.

And I think it’s because of all the time spent alone in the house with no distractions and no work. So I was sort of crushed, crushed down and had to learn a lot of lessons around self-compassion and shame and boundaries and the whole nine yards. And it felt like every time I would [00:43:00] learn a huge lesson to have a breakthrough and feel this overwhelming sense of like “I got it” the next day or the next week, it would be like “do you really got it?”

It would throw someone in that I had to like do boundary with and I’d be like, “no,” you know, I don’t want to actually have to do anything, you know, I just want to stand it. So it was just over and over and over tests to see if I had really learned how to let go of control. If I had really learned how to come back to that place behind my eyes, instead of spinning in my old narratives cycles, you know?

So it’s been humbling to say the least. 

Ronan: [00:43:43] Uh, first of all, um, this is the 25th podcast we have  recorded, and I think in every podcast I’ve asked people, um, or I’ve said COVID has been described as the great pause. And one of the thing, things Irwin has always talked about [00:44:00] is don’t waste this time. This is a wonderful opportunity.

A, cause you have the space and B, because the universe is taking a big spotlight and bringing all of your issues to the surface. Like you can’t ask for a more perfect intersection of events to deal with your shit. Um, And of all 25 people, um, that I’ve spoken to. I asked that question and everybody had a thoughtful answer, but you’re the first person who actually really described it as I’ve had this pause.

I’ve had this opportunity, the universe brought this stuff to me, it wasn’t easy. Probably wouldn’t choose to do this again if I had to, but you’ve, you’re the first person out of everyone I’ve spoken to that’s really taking this great pause and really leaned into it as the great pause and all of the really wonderful, and I mean that in the most literal sense, uh, opportunities that come out of it.

So, um, as much as you may have felt crushed down, [00:45:00] um, from the experience, which I’m sure it was at times, very crushing, please accept my acknowledgement that I think that’s amazing. Uh, and, um, I’m so glad that, that you shared it with me. 

Bri: [00:45:12] I’m feeling like all of us are sort of entering this phase where we’re rising from the ashes of everything and it feels really good, you know, it feels, it feels good now to have that experience of being crashed all the way to the bottom

and when you think it’s the bottom, you have four more levels to go, and then, you know, there’s so much more brightness and lightness that comes right along with it. So it’s really just sort of gives me excitement to go further into anything else that comes my way. 

Ronan: [00:45:48] And if there’s one piece of advice I can offer just from my personal experience, is that it’s going to feel like you’re dealing with the same issues over and over and [00:46:00] over and over and over and over and over again.

And you are, um, on some levels, but as Erwin has described it, to me, it’s like, the words are the same, how we think about it- like the structure is the same, but the nuance is different. The energy is different. It’s not as harsh anymore. It’s a little bit softer. It’s a little bit more elegant. There’s more insight that comes from it.

So anytime you feel like, “oh fuck haven’t I worked through this issue before?” Just my advice: have a little compassion for yourself because, yes you have, and yes, you will is probably be the answer that’s going to come out of it.

Bri: [00:46:35] And I would say, over the time, especially in the ketamine. And over the past year, like the biggest lesson has been providing safety and compassion for younger parts of myself

et j'ai eu des visions extrêmement cool pendant la kétamine, ou après la kétamine, où je pouvais communiquer avec des parties plus jeunes de moi-même avec beaucoup plus de facilité et vraiment tenir, tenir tous ces âges différents qui étaient terrifiés et en quelque sorte se lier d'amitié avec eux et, vous savez, et cela ne veut pas dire qu'ils étaient tous géniaux.

Vous savez, il y avait certains âges qui étaient énervés, qui hurlaient, qui détestaient me parler, et j'ai appris à me lier d'amitié avec eux, à les faire se sentir en sécurité et à l'aise. Et c'était, c'était le processus le plus incroyable que la kétamine, désolé, c'est que la kétamine, vous savez, a rendu encore plus, plus puissant. 

Ronan : [00:47:38] Avais-tu déjà fait du travail avec l'enfant intérieur parce que c'est génial et incroyable, et j'ai essayé 17 modalités différentes et tout ce genre de choses, et beaucoup de choses touchent au travail avec l'enfant intérieur de différentes manières et dans différentes langues. Euh, mais ce n'est que récemment, euh, encore une fois, à travers des conversations

Il m'a parlé de sa pratique, qui consistait à avoir une photo de lui-même et à avoir l'enfant. Il m'a parlé de sa pratique, qui consistait à avoir une photo de lui, à avoir l'enfant. Il s'agit d'une photo de moi à l'âge de quatre ou cinq ans, et de passer du temps à donner à cet enfant, pour moi, ce dont il avait besoin à ce moment-là et qu'il n'avait pas eu.

Hum, et c'était un exercice très puissant. Et vous entendre dire que vous avez vécu cela grâce à votre expérience de la kétamine, si vous n'aviez pas, euh, participé à une telle modalité, je pense que c'est incroyable. Mais est-ce que c'est le genre de travail que vous faisiez avant ? Est-ce que c'est apparu pendant la kétamine ? 

Bri : [00:48:40] Je l'avais déjà exploré auparavant, vous savez, les systèmes familiaux internes, juste le concept de cela

et le travail somatique que je fais est très axé sur la sécurisation des plus jeunes, mais il y avait toujours une partie qui était très verrouillée et que je pouvais voir visuellement. C'était [00:49:00] comme, non, vous n'avez pas le droit d'aller dans cette section. On ne peut même pas jeter un coup d'œil dans la direction. Et je me souviens qu'après l'une de mes cétamines, peut-être la troisième, je pouvais regarder là-bas et elle me donnait des règles sur ce que je pouvais faire dans cet espace

Je devais l'écouter et faire en sorte qu'elle se sente en sécurité. Et à la fin, cet endroit désert et sombre s'était transformé en un jardin luxuriant avec des cabanes dans les arbres où nous jouions, où nous nous étendions dans l'herbe, où nous regardions les nuages et où nous nous tenions par la main.

J'avais donc une certaine compréhension, mais je pense qu'il y avait un blocage qui ne me permettait pas vraiment d'accéder à certaines des parties les plus effrayantes de moi-même. 

Ronan : [00:49:50] D'accord. Et la kétamine a aidé à cela ?

Bri : [00:49:53] Oui, je pense que cela a créé plus d'aisance dans mon corps et m'a permis d'y aller. 

[Ronan : [00:50:00] C'est cool. Dans un an, comment pensez-vous que Bri dans un an sera différent à cause de l'expérience que vous avez eue ?

Je veux dire, en particulier avec nos séances de kétamine Field Trip, mais plus généralement sur ce que vous avez vécu au cours de l'année écoulée. En quoi pensez-vous être différent de moi dans un an ? Où, où votre voyage vous mènera-t-il à partir d'ici ? 

Bri : [00:50:28] J'espère être plus moi-même et plus confiant dans l'écoute de cette seule voix au lieu de celle de l'ego.

Il est très facile de se laisser emporter par la voix de l'ego, mais vous pouvez entendre la différence. Parce qu'elle est très rapide. Elle a très peur. Elle est très illogique. Elle n'a pas beaucoup de sens. Et l'autre voix est complètement, vous savez, là pour vous au même endroit, vous [00:51:00] devez juste regarder à droite, vous savez, un peu plus et entendre cette voix.

J'espère donc pouvoir rester plus en phase avec cette voix, même s'il s'agit de se lier d'amitié avec mon ego. Et oui, juste, juste plus de facilité et plus de moi-même. Je pense que votre cerveau, vous savez, vos voies neuronales changent avec ce genre de travail lorsque vous continuez à revenir à cet endroit et à intégrer ce travail.

Je pense donc que votre cerveau change vraiment lorsque vous êtes en train de guérir. Comme je l'ai vu, j'ai vu un changement total en moi au cours des dernières années et pas toujours, bien sûr, j'ai toujours des déclencheurs et des choses qui sont toujours les mêmes, mais j'ai une meilleure période de réaction autour de tout cela. J'espère que cela va continuer.

Ronan : [00:51:46] Oui, absolument. J'adore, euh, l'articulation de la distinction entre l'ego et, la voix de l'ego et la voix de l'intuition, parce que je pense que c'est tellement facile pour les gens d'être comme, oh ouais, c'est conceptuel, je comprends un peu [00:52:00] ça. Mais quand vous donnez des moyens concrets d'évaluer si c'est mon ego qui parle ou si c'est mon intuition qui parle et en fait le rythme de la façon dont ils vous parlent.

Bri : [00:52:09] Oui

Ronan : [00:52:09] À quel point elle est frénétique. Vous savez, si vous vous dites, est-ce que c'est une voix qui est frénétique ou est-ce que c'est une voix qui est calme et ancrée dans l'amour ou, ou peu importe comment vous voulez l'appeler. C'est en fait un exercice très utile, je pense, pour moi personnellement, mais je pense aussi pour les autres personnes qui écoutent, d'y penser, de se demander " qu'est-ce qui parle en ce moment " et d'avoir des moyens concrets pour faire cette évaluation.

C'est très bien. Sur Instagram, vous avez posté ce que j'ai trouvé être un mini-film très puissant intitulé Finding Shelter. Hum, et vous leur avez posé des questions très réfléchies et importantes, mais avant que je n'entre dans le vif du sujet, qu'est-ce qui vous a amené à l'île-abri ? Et comment s'est déroulée cette expérience ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

Bri : [00:52:50] Oui, nous, euh, à COVID, nous nous demandions comment nous pouvions aller encore plus loin dans la recherche d'un abri, vous savez, d'une manière amusante qui nous donne l'impression d'être en sécurité. Nous avons donc pensé à faire un échange de maison et c'est juste une sorte de, je regardais autour de moi, nous n'avons en fait pas pensé à faire un échange de maison. On a pensé à prendre une ferme au milieu de nulle part et à s'y blottir pendant un moment.

Et puis, vous savez, d'un point de vue logistique, cela semblait excessif ou indulgent. Nous avons donc laissé tomber, et quelques jours plus tard, j'ai reçu un message de quelqu'un qui me demandait si je connaissais quelqu'un qui voudrait faire un échange de maison avec nous dans cette maison. Et c'était du genre, il y avait juste la, il y avait la baignoire sur pattes,

Nous avons traversé le pays en voiture et sommes restés là-bas pendant deux mois, et eux sont restés ici pendant deux mois, et pendant cette période, comme je l'ai dit, mes souvenirs, mes souvenirs de traumatismes me sont revenus.

J'avais beaucoup de crises de panique, je n'allais pas bien, et cet endroit m'a vraiment aidée à m'ouvrir, mais aussi à me nourrir. Je ne travaillais pas du tout, ce qui était horrible. J'avais l'impression que c'était horrible parce que c'était vraiment effrayant. Et je n'avais rien d'autre à faire que de me concentrer sur mes propres pensées,

et j'ai donc décidé d'aller jusqu'au bout... Je ne savais pas que j'étais en train de faire ce film. Je filmais juste les petites choses qui me faisaient du bien, qui me faisaient me sentir dans le moment présent, qui me faisaient me sentir un peu bien. Et quand je suis rentrée à Los Angeles, je me suis sentie vraiment bien. Comme un regain d'énergie.

Et je me suis dit que je devrais rassembler tous ces petits clips que j'avais pris pour moi [00:55:00] et en faire une sorte de journal visuel. En faire une sorte de journal visuel de, désolé, si je touche mon micro. Un journal visuel de tout ce que j'ai vécu pendant cette période, et, vous savez, c'est comme si ça sortait de moi

et bien sûr, à mi-parcours, je me suis dit : "C'est vraiment nul. Pourquoi je fais ça ?" Et j'avais suivi la Voie de l'Artiste. Je ne sais pas si vous connaissez ce livre, mais j'avais suivi la Voie de l'Artiste, qui consiste à explorer votre enfant intérieur et à explorer la créativité. Et c'était, c'était totalement en train de m'ouvrir d'une manière créative.

J'en ai été très reconnaissant, mais oui, c'est en quelque sorte le résultat de la lecture de ce livre, que je recommande vivement.

Ronan : [00:55:38] La voie de l'artiste. D'accord, je vais le noter. Je n'en ai jamais entendu parler. Hum, et c'était sur un, c'est quoi un endroit appelé shelters, Shelter Island, ou c'est un nom que vous avez donné à l'endroit où vous étiez parce que c'est comme ça, c'est tellement élégant.

Je sais que l'univers est drôle comme ça. En fait, ça s'appelait Shelter Island, oui. C'est près des Hamptons. Comme, [00:56:00] à l'extérieur de la ville de New York. 

Ronan : [00:56:03] Super cool. Vous avez posé des questions que vous avez probablement posées de façon rhétorique, mais je ne vais pas vous laisser vous en tirer à si bon compte. Je vais donc vous poser ces questions.

Euh, pas de façon rhétorique. La première question était donc la suivante : la créativité peut-elle apaiser la douleur ? Qu'en pensez-vous ?

Bri : [00:56:22] Je, 1000% pense que c'est un canal sur lequel tu peux te brancher qui apaise complètement ta douleur parce que l'état de flux est le meilleur état, et quand tu peux te mettre dans cette zone ou tu es comme, le temps est ralenti et tu es, pour moi, c'est comme prendre des photos ou des vidéos ou penser à des idées ou des concepts comme, la douleur est juste secondaire. 

Je pense donc que la créativité est un énorme thérapeute. 

Ronan : [00:56:51] Je suis tout à fait d'accord. Avec Field Trip, j'accorde moins d'importance aux drogues psychédéliques qu'à l'expérience psychédélique et à l'émerveillement qui en découle.

Bri : [00:57:03] Oui !

Ronan : [00:57:03] Quand vous êtes dans cette zone d'émerveillement ou de créativité, qui sont différentes, mais qui ont la même résonance.

Bri : [00:57:09] Oh, oui.

Si, je veux dire, c'est comme tout ce bruit, toute cette anxiété, toute cette dépression, tout ce stress, c'est comme, c'est juste, il n'y a pas d'espace pour ça. C'est comme la beauté, vous savez, c'est la même chose. Il n'y a pas de place. Et donc, si vous pouvez y puiser beaucoup plus, vous pouvez l'exclure. Je ne sais pas si cela mène nécessairement à la guérison, mais cela crée certainement beaucoup d'espace.

Peut-être que cela guérit. Je ne sais pas, en fait.

Bri : [00:57:29] Je pense que c'est le cas parce que je crois vraiment à la couleur ou au son. Et vous savez, si vous êtes musicien, le son peut vous guérir, les couleurs aussi. J'ai commencé à peindre à l'aquarelle et j'ai eu l'impression que la pleine conscience et les couleurs me guérissaient vraiment beaucoup.

Je pense donc qu'il y a des millions de façons d'explorer la créativité et la guérison. 

C'est génial. Euh, deuxième question. Avez-vous appris à vous valoriser non pas par la productivité et je sais, [00:58:00] et la société moderne c'est, ce n'est pas spécifique aux hommes et aux femmes, mais les hommes sont souvent associés à être des objets de performance, ce qui est comme les hommes fous ne sont pas, pas tous les hommes,

Je vous prie donc d'accepter mes généralisations avec un grain de sel, mais nous sommes souvent valorisés par le fait d'accomplir des choses. J'ai remarqué que dans certaines conversations et disputes que j'ai eues avec ma femme et dans d'autres relations, je me dis toujours qu'il faut résoudre le problème et passer à autre chose. Et parfois, Stephanie veut juste être entendue et c'est juste un point de vue différent.

Et inversement, les femmes ont toujours été considérées comme des objets sexuels, n'est-ce pas ? Elles sont valorisées par le fait d'être des mères, par le sexe, ce genre d'objectif est souvent associé à cela. C'est pourquoi, sur les réseaux sociaux, il est toujours étrange qu'une femme poste une photo et que les réponses soient : "Oh, tu es si belle",

n'est-ce pas ? Ce qui est vrai. Il n'y a rien de mal à cela, mais vous n'obtiendrez pas cela d'un homme. C'est donc une sorte de lentille. Mais dans votre [00:59:00] cas, comment avez-vous appris à vous valoriser ? Pas par la productivité ? Parce qu'il semble que c'était l'une des choses avec lesquelles vous luttiez.

Bri : [00:59:08] Je dirais qu'il s'agit toujours d'un relâchement de la culture de l'agitation et du capitalisme qui s'infiltre à chaque tournant, mais je me sens vraiment plus utile en étant séparée du travail ou de ma productivité de la journée.

C'est ce que je pense. Vous savez, c'est peut-être Alan Watts qui a dit qu'il ne fallait pas mesurer la journée à l'aune de la productivité, mais à l'aune de la présence, et à quel point étais-je présent aujourd'hui ? À quel point étais-je dans mon esprit, à quel point étais-je distrait ? À quel point me suis-je enfui avec la télévision, l'alcool ou autre chose ? À quel point étais-je connecté à moi-même ?

J'ai donc une meilleure idée de toutes ces choses, mais je pense qu'il faudra de plus en plus de pratique pour, [01:00:00] pour, pour s'asseoir vraiment dedans. 

Ronan : [01:00:02] Oui. C'est certain. Avez-vous ralenti ?

Oui. Oui. J'ai même remarqué le matin, au début de COVID, que je me réveillais avec l'impression d'avoir oublié quelque chose,

Quoi, qu'est-ce que je suis, qu'est-ce que je suis en retard ? Qu'est-ce que je dois faire ?" J'avais ce sentiment d'anxiété dès mon réveil et maintenant je suis tellement plus à l'aise grâce à cette leçon continue que je me dis, vous savez, il y a, il y a assez de temps pour tout. Il n'y a pas d'urgence, vous savez, je dois me répéter sans cesse qu'il n'y a pas d'urgence, que tout fonctionne et que le timing est parfait et que rien de ce qui est prévu pour vous ne va vous échapper, que vous êtes bon.

Vous voyez ? Encore une fois, il faut continuer à compacter cette leçon. 

Ronan : [01:00:55] C'est génial. Je sais que lorsque je suis rentré de vacances, [01:01:00] plus précisément, je me souviens que j'ai passé environ trois semaines en Afrique et que j'ai escaladé le Kilimandjaro. Et quand je suis rentré, je me suis dit que je vivais une vie lente, que je marchais lentement dans les rues, que j'allais ralentir,

et dans les six heures qui ont suivi mon retour, j'ai retrouvé mes vieilles habitudes. C'est vraiment, euh, c'est vraiment un défi, mais c'est quelque chose qui, euh, je pense, en vaut la peine. 

Bri : [01:01:23] Je ne dirais pas que le plus gros obstacle est le téléphone. Le téléphone vous amène à une énergie complètement différente. Vous pouvez dire à votre corps que lorsque vous arrêtez de regarder votre téléphone, votre corps se calme complètement.

Je dirais donc que le téléphone vous maintient dans un état de rapidité et j'apprends encore à m'en détacher étant donné que cela fait partie de mon travail. Mais oui, je pense que tout le monde devrait vraiment prendre, prendre un regard profond sur la façon dont ils se sentent dans leur corps quand ils regardent cette chose. Je pense que c'est très important et je suis d'accord à cent pour cent.

Je pense que comme la plupart des gens, j'ai une relation amour-haine avec [01:02:00] mon téléphone. Je m'exprime probablement beaucoup plus clairement sur l'aspect haineux de mon téléphone. J'ai eu du mal à trouver le bon équilibre. J'ai longtemps rêvé qu'un de mes amis abandonne son smartphone et revienne à un téléphone à clapet et je me suis dit, oh, ça a l'air tellement magique.

Bri : [01:02:17] Je voulais le faire, mais je me demandais comment faire avec Uber et Venmo... 

Ronan : [01:02:24] Oui, exactement. Et puis vous êtes comme, ouais, ramené à l'intérieur et puis, vous savez, j'ai, j'ai, j'ai travaillé avec des iPhones ainsi que des Androïdes et sur, sur les téléphones one plus, sur l'Android, ils ont un mode Zen où ils vous verrouillent. Il n'y a pas de retour possible. Vous pouvez répondre à vos appels téléphoniques et à vos photos, mais vous ne pouvez pas y retourner, 

Je suis donc toujours enclin à le faire, mais cela se heurte à la fois à mon anxiété et aux besoins commerciaux quotidiens. Suis-je à l'aise avec le fait de laisser tomber ce contrôle ? Jusqu'à présent, la réponse a été non, mais j'aspire à pouvoir le faire un jour. [01:03:00] Euh, euh, encore quelques questions et ensuite je vous laisserai retourner à votre nouvelle vie lente.

Pourquoi Fantastic Fungi est-il le film le plus important que vous ayez jamais vu ? 

Bri : [01:03:16] J'ai l'impression qu'en plus du fait que ce film soit si beau, si rêveur et si bien filmé, les informations qu'il contient vous réveillent. Je crois vraiment qu'il s'agit de grands concepts qui sont en fait très simples et qui montrent à quel point nous sommes liés à la nature, et qui peuvent vous enseigner la vie et la mort et les cycles de la vie, et tant de choses sur les pouvoirs de guérison de la nature et sur ce qu'elle peut faire pour votre corps.

J'ai l'impression que si l'on enseignait aux enfants ce lien entre, vous savez, la [01:04:00] pleine conscience et les pouvoirs de guérison de la nature, cela changerait vraiment... cela changerait le monde, je pense. Je suis donc d'accord avec Paul Stamets pour dire que c'est, c'est, ce sont des choses vraiment, vraiment importantes à faire connaître.

Ronan : [01:04:15] As-tu déjà lu La clé de l'immortalité ? 

Bri : [01:04:18] Je ne l'ai pas fait.

Ronan : [01:04:19] D'accord. C'est, euh, je, c'est, c'est une sorte d'Indiana Jones-esque. Il a été écrit par un ancien avocat comme moi. Hum, en tout cas, il examine les origines de l'utilisation des psychédéliques et comment, jusqu'où cela remonte dans notre société et tout ce genre de choses. Ce n'est pas en rapport avec ce que vous venez de dire, mais quelque chose à ce sujet, qui m'a rappelé quelque chose, c'est que, dans La clé de l'immortalité, dans la Grèce antique, on donnait cette boisson aux gens qui allaient à Eleusis et on leur faisait vivre l'expérience.

Et après avoir vécu cette expérience, on croyait sincèrement que l'on ne craignait plus la mort. Et comme vous [01:05:00] parlez du lien entre la vie et la mort avec les champignons et vous savez, tout ce genre de processus, cela m'a ramené à la question de savoir à quel point nos vies seraient différentes si nous n'avions pas peur de la mort. Vous savez, si la mort n'était pas une fin à laquelle nous croyons fermement que, vous savez, quitter cette enveloppe mortelle n'est que la fin d'un voyage et le début d'un autre, mon Dieu, cela enlèverait beaucoup d'anxiété à la vie, n'est-ce pas ?

Bri : [01:05:28] Absolument, cela nous apprend à connaître la mort. Hum, l'un de mes amis les plus proches vient de décéder la semaine dernière et... 

Ronan : [01:05:39] Je suis désolé.

Bri : [01:05:40] Et aussi déchirant que cela puisse être, je jure que l'expérience psychédélique m'a montré que, wow, elle va dans un joli endroit. Et elle va dans un endroit si magique et elle y va, alors je suis jalouse de l'endroit où elle va.

J'ai vraiment l'impression qu'il peut vous donner ce sentiment [01:06:00] de compréhension à un niveau plus élevé. Je suis donc très reconnaissante d'avoir eu cette expérience pendant que tout cela se passait. 

Ronan : [01:06:08] Euh, je ne peux pas poser de question pertinente après ça. Euh, je vais juste m'arrêter parce que c'était magnifique. Et, vous savez, c'est tellement puissant parce que A, le défaut de tant de gens est de dire, oh, elle est, vous savez, il, ou elle est allé dans un meilleur endroit,

um, ce qui, A, beaucoup de gens ne veulent pas l'entendre parce qu'en fait c'est juste pour la forme, mais la façon dont vous l'avez dit avec une émotion et une passion si authentiques, c'est comme, ouais, je ne pouvais pas m'empêcher de croire que c'était vrai. Comme si vous étiez proche d'elle, mais ses parents ou qui que ce soit d'autre, c'est vrai. C'est comme si, oui. Tu sais, quand je l'entends de ta bouche de cette façon, c'est comme, ouais, je crois que c'est vraiment....

Bri : [01:06:43] Oui, et ce n'était pas quelque chose que j'avais besoin de partager avec elle, vous savez, avant qu'elle ne décède, c'était juste un sentiment de facilité authentique en moi, en tant que personne qui se soucie tellement d'elle, que je me sentais plus à l'aise avec ce qu'elle allait devenir. [01:07:00] Et j'en avais eu un aperçu lors de l'expérience psychédélique.

Ronan : [01:07:05] Merveilleux. Bri, merci beaucoup de vous être jointe à moi aujourd'hui. Merci d'être vulnérable et de partager votre expérience, d'être vraiment ouverte. Je pense que c'est très puissant. J'ai apprécié la conversation, mais surtout, je pense qu'il est très important pour les gens d'entendre cela et de voir des gens comme toi, hum, tu sais, partager leurs expériences parce que je pense que cela inspire et habilite d'autres personnes à se lancer dans leur propre voyage, quel qu'il soit, qu'il s'agisse de séances de kétamine, qu'il s'agisse juste de commencer une pratique de méditation ou, ou, ou de faire face à la mort de quelqu'un qui était proche d'eux.

Je pense que cela a été très puissant. Je vous remercie donc vivement d'avoir participé à ce projet. 

Bri : [01:07:45] Oui. C'était une conversation vraiment amusante et facile. Je suis heureuse que vous m'ayez invitée.

Ronan : [01:07:51] Bien. Et je vous ai donné toutes mes questions difficiles, donc je me sens plutôt bien à ce sujet. 

Bri : [01:07:56] Oui. 

Ronan : [01:07:57] En réfléchissant à ma conversation avec Bri, [01:08:00] je n'ai pas pu m'empêcher de revenir sur cette conversation qui a eu lieu dans un livre entre une princesse et un hors-la-loi. Le hors-la-loi dit : "Eh bien, princesse, vous pouvez prendre votre pied à être un beau stéréotype sans vous soucier des conséquences sociales, mais ma conscience ne me le permet pas." La princesse dit : "Je suis peut-être une princesse, mais je refuse catégoriquement d'être un appât à dragon.

Je suis aussi capable de vous sauver que vous de me sauver." Le hors-la-loi répond : "Je suis un hors-la-loi, pas un héros. Je n'ai jamais eu l'intention de vous sauver. Nous sommes nos propres dragons, ainsi que nos propres héros, et nous devons nous sauver de nous-mêmes." Peu de personnes illustrent mieux que Bri ce principe selon lequel nous devons nous sauver de nous-mêmes. À bien des égards,

La décision de Bri de dire, en substance, " j'en ai marre. Ça ne marche pas pour moi " est l'une des choses les plus courageuses que j'ai entendues dans ce podcast. S'il y a quelque chose à retenir de ce podcast, c'est ceci. Le vrai courage, c'est de risquer quelque chose qui pourrait vous obliger à [01:09:00] repenser vos pensées, à souffrir du changement et à élargir votre conscience.

Et si vous ne savez pas ce que cela signifie, regardez le chemin parcouru par Bri. Et deuxièmement, rappelez-vous que tout est possible. Si nous avons la sagesse de réduire notre ego et d'arrêter de nous prendre tellement au sérieux. Bri en est un exemple éclatant. Merci d'avoir écouté Field Tripping, un podcast consacré à l'exploration des expériences psychédéliques et de leur capacité à influencer nos vies.

Je suis votre hôte, Ronan Levy. Jusqu'à la prochaine fois, restez curieux, respirez correctement et souvenez-vous que chaque jour est un voyage d'étude si vous le laissez faire. Field Tripping est créé par Ronan Levy. Nos producteurs sont Conrad Page et John Cvack, et notre productrice associée est Sharon Bella. Nous remercions tout particulièrement Kast Media et, bien sûr, Bri Emery, qui m'a rejoint aujourd'hui.

Pour en savoir plus sur Bri, consultez son Instagram @designlovefest. Enfin, veuillez noter, commenter [01:10:00] et vous abonner à notre podcast et à notre lettre d'information sur fieldtripping.fm ou partout où vous recevez vos podcasts ou laissez-nous un message vocal à speakpipe.com/fieldtripping. Ou envoyez-nous un courriel à [email protected]. .